do what 99% of people don’t do. manage your energy wisely

Do What 99% of people don’t do. Learn to manage your energy wisely. We all have a finite amount of energy to spend. We all know this, but somehow, we act as if we have an unlimited supply of energy to waste. Each day we use the energy we have, we invest it in people […]

do what 99% of people don’t do. manage your energy wisely

Sénèque et la comédie humaine tragique.

Photo by Gladson Xavier on Pexels.com

« Mais il ne sert de rien d’avoir éliminé les causes de tristesse personnelle : car il arrive quelquefois que le dégoût du genre humain nous saisit, quand nous voyons tout ce qu’il y a au monde de crimes heureux. Lorsqu’on songe à quel point l’innocence est rare et la droiture introuvable, lorsqu’on se représente que la probité n’est autant dire jamais désintéressée, que la débauche a des profits aussi répugnants que ses débours, que l’ambition, se trahissant elle-même, en arrive à chercher son éclat dans l’ignominie, l’âme alors sombre dans la nuit : on a l’impression que les vertus, qu’on ne peut plus s’attendre à rencontrer et qu’on a plus d’avantage à pratiquer, sont anéanties, et l’on est la proie des ténèbres. Aussi faut-il nous appliquer à ne pas trouver haïssables, mais risibles, les vices des humains, et à imiter Démocrite plutôt qu’Héraclite : celui-ci ne pouvait paraître en public sans pleurer, l’autre sans rire ; l’un ne voyait que misère dans toutes les actions des hommes, l’autre que sottise. Prenons donc toutes choses légèrement et supportons-les avec bonne humeur : il est bien plus conforme à la nature humaine de se moquer de l’existence que d’en gémir. Ajoutez qu’on rend meilleur service au genre humain en riant de lui qu’en se lamentant : le rieur nous laisse quelque espoir d’amendement ; l’autre s’afflige stupidement des maux qu’il désespère de guérir. Enfin, pour qui juge les choses d’un point de vue supérieur, on montre une âme plus forte en s’abandonnant au rire qu’en cédant aux larmes, puisqu’on ne se laisse troubler que d’une émotion toute superficielle et qu’on ne voit rien d’important, rien de sérieux, rien de déplorable non plus, dans toute la comédie humaine ».

Sénèque, De la tranquillité de l’âme, in Dialogues, Tome IV, texte établi et traduit par René Waltz, Paris, Société d’édition « Les Belles-Lettres », 1970, p. 100-101.

Intro to Plato’s Republic: The Allegory of the Cave

In this episode of Literary Tales, we examine and explore the wonders of the Great Books examining, in short form, aspects of Plato’s Republic and especially his “Allegory of the Cave” in order to understand its political implications rather than ontological and epistemological implications. ________________________________________________________________ Support Wisdom: https://paypal.me/PJKrause?locale.x=en_US My Book on Plato: https://www.amazon.com/dp/B08BQLMVH2

Intro to Plato’s Republic: The Allegory of the Cave

Nietzsche et la destruction nécessaire du passé

Photo by Charlotte May on Pexels.com

“L’histoire appartient avant tout à l’actif et au puissant, (…) qui, ayant besoin de maîtres, d’exemples, de consolateurs, ne saurait les trouver parmi ses compagnons (…) qui ne font que s’agiter et se débattre ; pour qu’il ne se prenne pas à désespérer et à ressentir du dégoût, il a besoin de regarder derrière lui. (…)

L’histoire appartient en second lieu à celui qui conserve et qui vénère, à celui qui, avec fidélité et amour, tourne les regards vers l’endroit d’où il vient, où il s’est formé. (…) Il veut conserver les conditions sous lesquelles il est né, pour ceux qui viendront après lui, et c’est ainsi qu’il sert la vie. (…) Quand l’histoire sert la vie passée au point qu’elle mine la vie présente et surtout la vie supérieure, quand le sens historique ne conserve plus la vie mais qu’il la momifie, c’est alors que l’arbre se meurt.

Pour pouvoir vivre, l’homme doit posséder la force de briser un passé et de l’anéantir et il faut qu’il emploie cette force de temps en temps. (…) Il arrive pourtant parfois que cette même vie qui a besoin de l’oubli exige la destruction momentanée de cet oubli. Il s’agit alors de se rendre compte combien injuste est l’existence d’une chose, par exemple d’un privilège, d’une caste, d’une dynastie, de se rendre compte à quel point cette chose mérite de disparaître”.

Nietzsche, Seconde considération inactuelle, 1874

Over the past and far beyond: why does the past haunt us?

Haunting past, good and bad memories, good and bad experiences stay somehow vivid. Regrets, remorse, resentment, nostalgia are emotions whose accuracy is questionable. The 20th century French philosopher Henri Bergson defines consciousness as memory. Erase memory, than consciousness is no longer there. Consciousness plays the role of a bridge between past, present and future making them seem as a continuous story. Therefore, historicity is the human consciousness trademark.

However, what is the past more than an amalgam of stories and ideas?

It is nothing. It doesn’t exist. It has “passed”. Although its presence is powerful because it shaped our identity. Sometimes it gets heavy, paralyzing.

So is hanging to the past a sign of a sick or a healthy mind? Can amnesia be a remedy?

The answer is neither nor. It is more about controlling ideas and thoughts fuelled by memories then erasing memories. If time in itself and past events can’t be controlled, one can control, to a certain extend, their inside world.

Oftentimes, one doesn’t want to control their inside world. With control comes freedom and responsibility.

La métaphysique est-elle la philosophie première?

La métaphysique est une branche majeure de la philosophie. Elle concerne l’existence et la nature des choses qui existent. Elle concerne des questions telles que : Quel est le sens de la vie ?, Le monde existe-t-il vraiment ?, Dieu existe-t-il ? . Nombreux sont ceux qui considèrent la métaphysique comme “la première philosophie”. Mais […]

La métaphysique est-elle la philosophie première?

Poetry Plus – Song of the Flower XXXIII – A poem by Khalil Gibran

Song of the Flower XXIII by Khalil Gibran Morning’s Flowers Sing Morning’s flowers singThe sweet love songs of my heartBorne upon the breeze Khalil Gibran (1883 -1931), Lebanese-American philosophical essayist, novelist, poet, and artist. Khalil Gibran considered himself to be mainly a painter, lived most of his life in the United States, and wrote his […]

Poetry Plus – Song of the Flower XXXIII – A poem by Khalil Gibran